La conjugaison française

La conjugaison est la variation de la forme du verbe. La conjugaison se fait selon un nombre de traits grammaticaux au nombre desquels on peut compter: la personne, le nombre, le genre, la voix, le mode, le temps, l'aspect. L'ensemble des formes d'un même verbe constitue son paradigme.
Les verbes sont classés en trois groupes principaux qui représentent les trois grandes formes de la conjugaison française:
  • Le 1er groupe: les verbes du premier groupe se terminent par -er (ce groupe représente plus de 90% des verbes français)
  • Le 2ème groupe: les verbes du deuxième groupe se terminent par -ir (sauf ceux appartenant au troisième groupe)
  • Le 3ème groupe: les verbes du troisième groupe sont essentiellement des verbes irréguliers se terminant par -re, -ir, -oir,...
Le moteur de Conjugaison Française vous permettra de conjuguer les plus de 10 000 verbes français pour tous les groupes de verbes et pour tous les traits existants !


Exemple de conjugaison simple en français

La forme de référence d'un verbe est appelée l'infinitif ou plus exactement l'infinitif présent.

Imaginons qu'on décrive une action en cours, on utilise alors le présent de l'indicatif. La forme du verbe dépend de la relation entre le locuteur, le sujet du verbe (la personne) et le nombre (singulier / pluriel) du sujet. On prendra l'exemple du verbe "manger". Voici la conjugaison qui sera obtenu pour toutes les personnes :
  • si le locuteur parle de lui-même : 1ère personne du singulier, "je mange"
  • si le locuteur parle à un autre individu : 2ème personne du singulier, "tu manges"
  • si le locuteur parle à un autre individu (ou groupe) d'un troisième individu : 3ème personne du singulier, "il mange"
  • si le groupe des locuteurs parle de lui-même : 1ère personne du pluriel, "nous mangeons"
  • si le groupe des locuteurs parle (poliment ou non) à un autre groupe ou bien poliment à un individu : 2ème personne du pluriel, "vous mangez"
  • si le groupe des locuteurs parle à un autre individu (ou groupe) d'un troisième groupe : 3ème personne du pluriel, "ils mangent"

Imaginons maintenant qu'on décrive une action terminée et qu'elle n'est pas simultanée à une autre action du récit, on utilisera alors le passé simple : "il mangea". Et ainsi de suite pour toutes les personnes et tous les temps.


Traits grammaticaux de la conjugaison

Voici l'ensemble des traits grammaticaux de la conjugaison :

La personne

  • 1ère personne: celle qui parle, le locuteur (je, nous)
  • 2nd personne: à qui on parle, l'interlocuteur (tu, vous)
  • 3ème personne: dont on parle (il/elle, ils/elles)

Le nombre

  • Singulier: (je, tu, il/elle)
  • Pluriel: (nous, vous, ils/elles)

Le genre

  • Masculin (il, ils)
  • Féminim (elle, elles)

La voix

  • Active: le sujet effectue l'action "Je montre".
  • Passive: le sujet subit l'action "Je suis montré".
  • Pronominale: ou construction pronominale, sorte d'intermédiaire entre la voix active et la voix passive. Le sujet effectue et subit l'action "Je me montre".

Le mode

  • Indicatif: qui énonce un fait considéré comme passé dans une phrase déclarative, ou un fait qui reste à vérifier, dans une phrase interrogative et d'actions secondaire ou encore descriptif : "Il vient".
  • Subjonctif: qui traduit une pensée, désir... envisagé mais non encore réalisé. Il est le mode de l'incertain: "Je ne suis pas sûr qu'il vienne".
  • Conditionnel: qui permet d'évoquer un fait éventuel, plus ou moins probable, d'une supposition... souvent introduites par si : "Si je le pouvais, je viendrais".
  • Impératif: qui énonce un ordre, une prière, un souhait, une exhortation, une défense, une invitation... "Viens !".
  • Infinitif: ne porte pas les marques d'une personne et a une valeur tantôt nominale (peut être le sujet d'une phrase), tantôt verbale : "Travailler est une nécessité".
  • Participe: qui est, comme l'infinitif, une forme nominale du verbe, participant à la fois du verbe (exprimant l'action) et de l'adjectif (qualifiant un nom). Le participe passé est la forme secondaire de tout temps composé : son emploi est donc très fréquent. "mangé, elle a mangé, elle est mangée".
  • Gérondif: est utilisé pour indiquer la simultanéité d'un fait qui a lieu dans le cadre d'un autre fait : "sourire en dormant", mais aussi pour exprimer la manière ou le moyen : "Il a appris le métier en observant".

Le temps

Le temps est un trait grammatical permettant de situer un fait dans l'axe du temps de l'énonciation par rapport à trois jalons : passé, présent, futur. Les temps sont ensuite sous-divisés comme dans la liste ci-dessous:

L'aspect

  • Accompli/Inaccompli:
    L'aspect accompli envisage le procès d'une action au-delà de son terme, les formes composées des temps du français indiquent toujours l'aspect accompli: "il a chanté, il avait chanté, il aura chanté".
    L'aspect inaccompli envisage le procès en cours de réalisation, les formes simples des temps du français indiquent l'aspect inaccompli: "il chante, il chantera, il chantait, il chanta, qu'il chantât".
  • Sécant/non-sécant ou global:
    Dans l'aspect sécant, on envisage l'action saisie à un moment précis de son déroulement. Ce moment sépare le procès du verbe en deux parties: la première partie est la partie achevée du procès, la deuxième partie est virtuelle, on n'en connaît pas la limite. Par exemple : "Il chantait une chanson". L'action de chanter est prise à un moment donné, on sait quand l'action a commencé (on peut dire: "depuis ce midi il chantait") mais on ne sait pas quand l'action finira : on ne dit pas "Il chantait jusqu'à midi".
    Dans l'aspect global, on envisage l'action globalement, considérée de l'extérieur comme un tout indivis : Il marcha des heures jusqu'à Paris. Le passé simple indique toujours l'aspect global. Ce n'est pas un temps analytique comme l'imparfait : le passé simple ne pénètre pas le procès du verbe, il reste dans une vision extérieure de ce procès. C'est une opposition systématique en français : l'imparfait indique toujours l'aspect sécant. Le passé simple indique l'aspect global.
  • Inchoatif/progressif ou duratif/terminatif:
    L'aspect inchoatif indique le commencement d'une action: "commencer à ..."
    L'aspect progressif (ou duratif) indique un développement par étapes de l'action : "le mal va croissant".
    L'aspect terminatif indique la fin d'une action : "cesser de ..."


Les verbes

En grammaire française, le verbe est un mot qui exprime une action ou qui donne un état. Le verbe prend de nombreuses formes pour exprimer les différences de personne, de nombre, de mode et de temps : cet ensemble de formes s'appelle la conjugaison. Le verbe est le seul mot de la phrase qui se conjugue, donc qui change en fonction de la personne, du nombre, du mode ou du temps.

La langue française possède plus de 10 000 verbes (en comptant les formes pronominales) mais seulement une partie de ceux-ci (autour de 2000 verbes) est utilisée dans le langage courant.

L'infinitif

L'infinitif est la forme du verbe qui ne porte pas de marque de personne, de nombre et de temps. On peut reconnaitre l'infinitif avec sa terminaison en -er, -ir, -re, -ir, -oir...
Exemple: manger, aimer, courrir, dire, être, faire, ...

Les groupes des verbes

Les verbes sont classés en trois groupes principaux qui représentent les trois grandes formes de la conjugaison française:
  • Le 1er groupe: les verbes du premier groupe se terminent par -er (ce groupe représente plus de 90% des verbes français)
  • Le 2ème groupe: les verbes du deuxième groupe se terminent par -ir (sauf ceux appartenant au troisième groupe)
  • Le 3ème groupe: les verbes du troisième groupe sont essentiellement des verbes irréguliers se terminant par -re, -ir, -oir,...

Radical et terminaison

Toute forme verbale simple se compose de deux parties bien distinctes : le radical et la terminaison. On notera en outre la présence d'un affixe (-iss) entre le radical et la terminaison de certaines personnes et temps des verbes du 2nd groupe. Le radical et la terminaison forment alors les formes conjuguées du verbe.
Exemples:
  • Ils parlaient: le radical parl- est celui du verbe parler; la terminaison -aient est celle de l'imparfait de l'indicatif, 3e personne du pluriel.
  • Nous finissons: le radical fin- est celui du verbe finir; la terminaison -ons est celle du présent de l'indicatif, 1ère personne du pluriel; entre ce radical et cette terminaison se trouve l'affixe du 2e groupe -iss-.
  • Il est parfois difficile de distinguer le radical de la terminaison des verbes totalement irréguliers comme avoir, aller, dire, être, faire, pouvoir, savoir, valoir et vouloir.

Utilisation d'un auxiliaire

Certaines formes verbales comme les temps composés ainsi que temps simples de la voix passive exigent l'utilisation d'un auxiliaire (être ou avoir). L'auxiliaire avoir sert essentiellement à construire les temps composés des verbes actifs non pronominaux.


Conjugaison des verbes du premier groupe

La première conjugaison est la plus utilisée, elle représente à elle seule plus de 90% des verbes français. Ces verbes sont tous réguliers et leur infinitif se terminent par -er (sauf pour le verbe aller qui est complètement irrégulier et donc du 3ème groupe). Leur conjugaison suit le modèle du verbe aimer. Les terminaisons du premier groupe ne présentent aucune variation, ni exception. Voici ces terminaisons à tous les temps simples (les temps composés étant construits à partir du participe passé):

Terminaisons de la conjugaison des verbes du premier groupe

  • INFINITIF : -er
  • INDICATIF
    • Présent :-e, -es, -e, -ons, -ez, -ent
    • Imparfait : -ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient
    • Futur simple : -erai, -eras, -era, -erons, -erez, -eront
    • Passé simple : -ai, -as, -a, -âmes, -âtes, -èrent
  • SUBJONCTIF
    • Présent : -e, -es, -e, -ions, -iez, -ent
    • Imparfait : -asse, -asses, -ât, -assions, -assiez, -assent
  • CONDITIONNEL
    • Présent : -erais, -erais, -erait, -erions, -eriez, -eraient
  • IMPÉRATIF
    • Présent : -e, -ons, -ez
  • PARTICIPE
    • Présent : -ant
    • Passé : -é, -és, -ée, ées

Construction des temps composés à partir des temps simples

Il existe deux types de temps : les temps simples et les temps composés. Un temps simple est en un seul mot « j'aime », un temps composé est fait de deux mots « j'ai aimé ». Un temps composé est composé d'un auxiliaire (être ou avoir) ainsi que du verbe au participe passé. On obtient donc, avec le participe passé du verbe du premier groupe et:
  • l'auxiliaire au présent de l'indicatif: le passé composé de l'indicatif
  • l'auxiliaire à l'imparfait de l'indicatif: le plus-que-parfait de l'indicatif
  • l'auxiliaire au passé simple de l'indicatif: le passé antérieur de l'indicatif
  • l'auxiliaire au futur simple de l'indicatif: le futur antérieur de l'indicatif
  • l'auxiliaire au subjonctif présent: le subjonctif passé
  • l'auxiliaire au subjonctif imparfait: le subjonctif plus-que-parfait
  • l'auxiliaire au conditionnel présent: le conditionnel passé
  • l'auxiliaire à l'impératif présent: l'impératif passé
  • l'auxiliaire à l'infinitif présent: l'infinitif passé


Particularités de la conjugaison du premier groupe

Bien que les terminaisons soient parfaitement régulières, le radical, lui, subit de nombreuses variations. Voici les différentes règles de construction des radicaux qui ne sont pas considérées comme de véritables exceptions:
  • Pour les verbes terminés en -yer, le « y » du radical se transforme en « i » devant une terminaison atone dans certains cas.
    Pour le cas des verbes en -ayer, on a le choix : soit on garde le « y » devant une terminaison atone, soit on le transforme en « i ». Ainsi, un verbe comme « payer » pourra se conjuguer : « je paie », « tu paies », « il paie » ou « je paye », « tu payes », « il paye », au choix. Seul l'usage permet de savoir si l'une des formes est utilisée plus qu'une autre. Dans le cas de « payer », on emploie plutôt la conjugaison en « i ». Dans le cas de « rayer », on ne l'utilise jamais.
    Exemples:
    Pour le cas des verbes en -oyer et en -uyer, la transformation du « y » en « i » est obligatoire. Ainsi, pour des verbes comme « appuyer » ou « aboyer », on dira uniquement : « j'appuie » ou « j'aboie ».
    Exemples:
    Pour le cas des verbes en -eyer la transformation du « y » en « i » est interdite. Ainsi, « volleyer » fera uniquement « je volleye ».
    Exemples:
  • Les verbes en -e-consonne-er : le « e » avant la consonne étant atone, il prend un accent grave pour donner le son « è » afin de le rendre tonique lorsque la terminaison est muette. Par exemple, le verbe « semer » fera : « je sème », « nous semons », « ils sèment ». C'est le cas des verbes en -ecer (dépecer), -eder (beder), -eger (broumeger), -emer (semer), -ener (amener), -eper (receper), -erer (fosserer), -eser (peser), -ever (lever) et -evrer (sevrer). Les verbes en -eler et -eter sont particuliers.
    Exemples:
  • Les verbes en -é-consonne(s)-er présentent la particularité de changer leur « é » du radical en « è » devant une terminaison muette. Exemple : « sécher » donnera « il sèche », « nous séchons ». Par contre, les verbes en « -éer » ne suivent pas cette règle. Par exemple, on écrit : « il crée ». Cette famille de verbe est plus grande que celle en « -e-<consonne>-er » : on y trouve des verbes en -éber, -ébrer, -écer, -écher, -écrer, -éder, -éfler, -éger, -égner, -égrer, -éguer, -éjer, -éler, -émer, -éner, -éper, -équer, -érer, -éser, -éter, -étrer, -éver, et -évrer.
    Exemples:
  • Les verbes en -cer ou -ger ont un « c » ou un « g » sur la dernière syllabe de leur infinitif.
    Les verbes en « cer » présentent la particularité devant les terminaisons commençant par « a » ou « o » de transformer le « c » final du radical en « ç ». Ceci permet de garder le son « ce » pour toutes les terminaisons. Par exemple, le verbe lancer à la première personne du pluriel du présent de l'indicatif, on écrira « nous lançons ». Au participe présent, on écrira « lançant ».
    De la même façon, les verbes en « -ger », pour conserver le son « ge » devant le « a » ou le « o », on rajoute au radical la lettre « e » devant une terminaison tonique : « nous mangeons », « il mangeait ».

    Exemples:
  • Cas particulier du verbe envoyer et de ses dérivés: envoyer, renvoyer, réenvoyer, rerenvoyer, autoenvoyer, auto-envoyer,... se conjuguent normalement à tous les temps, sauf au futur et au conditionnel. En effet, leur conjugaison au présent étant, au niveau des sonorités, identique à celle du verbe voir.

Pour voir un exemple de conjugaison des verbes du premier groupe vous pouvez suivre l'exemple de ce lien avec le verbe aimer: conjugaison des verbes du premier groupe


Conjugaison des verbes du deuxième groupe

Les verbes du deuxième groupe sont les verbes dont l’infinitif se termine par -ir et dont la conjugaison suit le modèle de finir. Ils se distinguent notamment des verbes en -ir du troisième groupe par leur participe présent en -issant. La principale caractéristique de la conjugaison des verbes du 2ème groupe est l'ajout de l'interfixe -iss- entre le radical et la terminaison de certaines personnes de certains temps. Le radical des verbes du deuxième groupe est régulier sauf pour les verbes fleurir et haïr. Voici ces terminaisons à tous les temps simples (les temps composés étant construits à partir du participe passé):

Terminaisons de la conjugaison des verbes du deuxième groupe

  • INFINITIF : -ir
  • INDICATIF
    • Présent : -is, -is, -it, -issons, -issez, -issent
    • Imparfait : -issais, -issais, -issait, -issions, -issiez, -issaient
    • Futur simple : -irai, -iras, -ira, -irons, -irez, -iront
    • Passé simple : -is, -is, -it, -îmes, -îtes, -irent
  • SUBJONCTIF
    • Présent : -isse, -isses, -isse, -issions, -issiez, -issent
    • Imparfait : -isse, -isses, -ît, -issions, -issiez, -issent
  • CONDITIONNEL
    • Présent : -irais, -irais, -irait, -irions, -iriez, -iraient
  • IMPÉRATIF
    • Présent : -is, -issons, -issez
  • PARTICIPE
    • Présent : -issant (c’est le signe distinctif du groupe)
    • Passé : -i

Construction des temps composés à partir des temps simples

Il existe deux types de temps : les temps simples et les temps composés. Un temps simple est en un seul mot: « je finis », un temps composé est fait de deux mots« j'ai fini ». Un temps composé est composé d'un auxiliaire (être ou avoir) ainsi que du verbe au participe passé. On obtient donc, avec le participe passé du verbe du deuxième groupe et:
  • l'auxiliaire au présent de l'indicatif: le passé composé de l'indicatif
  • l'auxiliaire à l'imparfait de l'indicatif: le plus-que-parfait de l'indicatif
  • l'auxiliaire au passé simple de l'indicatif: le passé antérieur de l'indicatif
  • l'auxiliaire au futur simple de l'indicatif: le futur antérieur de l'indicatif
  • l'auxiliaire au subjonctif présent: le subjonctif passé
  • l'auxiliaire au subjonctif imparfait: le subjonctif plus-que-parfait
  • l'auxiliaire au conditionnel présent: le conditionnel passé
  • l'auxiliaire à l'impératif présent: l'impératif passé
  • l'auxiliaire à l'infinitif présent: l'infinitif passé

Particularités de la conjugaison du deuxième groupe

Voici les temps pour lesquels un affixe est ajouté:
À l'indicatif présent, l'affixe -iss- est ajouté aux trois personnes du pluriel avec les terminaisons suivantes : -issons, -issez, -issent.
À l'indicatif imparfait, l'affixe -iss- est ajouté à toutes les personnes. Les terminaisons sont donc les suivantes : issais, -issais, -issait, -issions, -issiez, -issaient.
Au subjonctif présent, l'affixe -iss- est ajouté à toutes les personnes. Les terminaisons sont donc les suivantes : -isse, -isses, -isse, -issions, -issiez, -issent.
À l'impératif présent, l'affixe -iss- est ajouté aux deux personnes du pluriel avec les terminaisons suivantes : -issons, -issez
Au participe présent et au gérondif, l'affixe -iss- est ajouté entre radical et désinence. La terminaison est donc -issant.

Pour voir un exemple de conjugaison des verbes du deuxième groupe vous pouvez suivre l'exemple de ce lien avec le verbe nourrir: conjugaison des verbes du deuxième groupe


Conjugaison des verbes du troisième groupe

Alors que la première et la deuxième conjugaison sont régulières, même si la 1ère conjugaison comporte des subtilités, la troisième conjugaison regroupe tous les verbes qui, utilisés depuis toujours et parfois à la suite de la fusion de plusieurs radicaux, se conjuguent d'une façon unique. Les verbes aller, dire, faire, pouvoir, savoir, valoir, vouloir, sont même complètement irréguliers.

Les verbes du troisième groupe terminés par « ir » ou « ïr » sont ceux ne se terminant pas par -issant au participe présent.
Les verbes terminés par oir sont moins nombreux que ceux terminés par -ir comme : asseoir, avoir, devoir, émouvoir, falloir, pleuvoir, pouvoir, recevoir, savoir, valoir, vouloir, voir

Construction des temps composés à partir des temps simples

Il existe deux types de temps : les temps simples et les temps composés. Un temps simple est en un seul mot « je vais », un temps composé est fait de deux mots« je suis allé ». Un temps composé est composé d'un auxiliaire (être ou avoir) ainsi que du verbe au participe passé. On obtient donc, avec le participe passé du verbe du troisième groupe et:
  • l'auxiliaire au présent de l'indicatif: le passé composé de l'indicatif
  • l'auxiliaire à l'imparfait de l'indicatif: le plus-que-parfait de l'indicatif
  • l'auxiliaire au passé simple de l'indicatif: le passé antérieur de l'indicatif
  • l'auxiliaire au futur simple de l'indicatif: le futur antérieur de l'indicatif
  • l'auxiliaire au subjonctif présent: le subjonctif passé
  • l'auxiliaire au subjonctif imparfait: le subjonctif plus-que-parfait
  • l'auxiliaire au conditionnel présent: le conditionnel passé
  • l'auxiliaire à l'impératif présent: l'impératif passé
  • l'auxiliaire à l'infinitif présent: l'infinitif passé

Pour voir le liste des verbes du troisième groupe vous pouvez suivre cette page: conjugaison des verbes du troisième groupe


Bescherelle, Bled... notre sélection des meilleurs livres de grammaire


Voir les offres sur amazon
Livré chez vous en 24h avec